Usage de stupéfiants

Département : Territoire de Belfort (90)

Entre 2012 et 2019, il y a eu 2 355 Usage de stupéfiants enregistrés auprès de la Police Nationale et de la Gendarmerie Nationale.
Durant cette période, le maximum annuel était de 386 et le minimum de 228.
En moyenne chaque année, entre 2012 et 2019 il y a eu 294 Usage de stupéfiants enregistrés.
En 2019, il y a un total de 242 actes enregistrés dans le département, avec 242 enregistrements à la Police Nationale et 0 à la Gendarmerie Nationale.



Usage de stupéfiants par an - Territoire de Belfort (90)

Ci-dessous le détail de l'évolution par an pour Usage de stupéfiants dans le département Territoire de Belfort (90).
Le premier tableau vous montre l'évolution au total du département et le second la répartition entre les actes enregistrés par la police nationale et la gendarmerie nationale.

Totaux

AnnéeNombre
2019242
2018386
2017296
2016334
2015228
2014263
2013270
2012336

Par service (police/gendarmerie)

AnnéePolice NationaleGendarmerie Nationale
20192420
20183860
20172960
20163340
20152280
20142630
20132700
20123360

Evolution par an pour : Usage de stupéfiants - Territoire de Belfort (90)

Compilé avec les données officielles sur Datagouv en OpenData

Services de police et gendarmerie dans le département Territoire de Belfort (90)

Ci-dessous, la liste des services de police et de gendarmerie du Territoire de Belfort (90) et le nombre d'actes enregistrés pour chacun d'eux pour Usage de stupéfiants.
Cliquez sur l'un des services pour voir l'évolution de "Usage de stupéfiants" pour celui-ci.

Service2019Var.2018Var.2017Var.2016Var.2015Var.2014Var.2013Var.2012
Police Nationale (DCSP)
CIAT CENTRAL DE BELFORT
242-37,31%386+30,41%296-11,38%334+46,49%228-13,31%263-2,59%270-19,64%336



Avec les données sur les crimes et délits est fourni cette note, merci de la prendre en considération en observant les informations contenues dans ces pages.

Liste des services :
La liste des services de gendarmerie et de police évolue au fil des ans et certains services peuvent être créés, supprimés, ou voir leur territoire de compétence être modifié d’une année à l’autre. C'est pourquoi les évolutions des chiffres d’un même service peuvent ne pas être facilement interprétables. Les modifications de territoires de compétence des services sont publiées au Journal Officiel.

Ruptures statistiques dans la qualité des données :
Les modalités d’enregistrement des crimes et des délits évoluent dans le temps. De ce fait, les comparaisons entre périodes ne sont pas toujours pertinentes, ou doivent être réalisées avec précautions. Il est important, avant de tirer des conclusions des chiffres ci joints, de tenir compte des ruptures techniques constatées ces dernières années ou ces derniers mois dans les domaines suivants :
Dans les données de la police concernant :
- les homicides en 2015 et 2016 ;
- les vols à main armée avec armes à feu en 2015 et 2016 ;
- les cambriolages de logement avant avril 2015 ;
- les vols violents sans armes avant avril 2015 ;
- les coups et blessures volontaires avant mars 2015 ;
- les séquestrations depuis avril 2015.
Dans les données de la police et de la gendarmerie relatives aux :
- chiffres sur les violences sexuelles et leur évolution de 2012 à 2015 ;
- violences, mauvais traitements et abandon d’enfants de 2012 à 2015 ;
- cambriolages de locaux industriels, commerciaux ou financiers avant juillet 2015.
Pour plus de détails, veuillez consulter la documentation sur Datagouv
- Errare humanum est, si vous constatez une erreur dans les calculs, contactez-moi et je corrigerai -